Bourses de fin de rédaction – Denis Saint-Jacques

Afin d’aider ses membres étudiants.es à terminer la rédaction de leur mémoire ou de leur thèse et à en faire le dépôt initial, le CRILCQ attribue annuellement trois bourses de fin de rédaction.

Dates limites des deux concours de bourse de fin de rédaction

Automne 2021-Hiver 2022 : dépôt de la demande de bourse le 8 septembre
2021. Dépôt initial du mémoire ou de la thèse le 9 mai 2022.

Hiver 2022-Été 2022 : dépôt de la demande de bourse le 10 janvier 2022. Dépôt initial du mémoire ou de la thèse le 9 septembre 2022.

Critères d’admissibilité

  • Être membre étudiant.e du CRILCQ, c’est-à-dire être dirigé.e ou codirigé.e par un membre régulier.lière du CRILCQ (voir la liste des membres sur le site web du CRILCQ) ;
  •  S’engager à terminer la rédaction de son mémoire ou de sa thèse et à en faire le dépôt initial dans les temps prescrits (voir les dates de dépôt ci-dessous ou ci-dessus) ;
  • Ne pas être boursier.ère du CRSH ni du FRQSC pendant la période couverte par la bourse.

Critères d’évaluation de la candidature

  • Qualité du dossier universitaire ;
  • Qualité et état d’avancement du mémoire ou de la thèse ;
  • Expériences et qualité du dossier de réalisations.

Valeur de chaque bourse

  • 1 500 $ : 750 $ versés au moment de l’obtention de la bourse et 750 $ si le dépôt initial du mémoire ou de la thèse est effectué dans les temps prescrits

Présentation du dossier de candidature

  • une lettre (2 pages maximum) du.de la candidat.e qui situe la recherche et sa pertinence dans la programmation du CRILCQ, en plus de faire état :
    • d’avancement  de la rédaction du mémoire ou de la thèse ;
    • de la manière dont vous comptez financer vos études supérieures (ressources personnelles, travail à l’université, travail à l’extérieur de l’université, bourses de l’UQAM, bourse du FRQSC, bourse du CRSH, etc.). Préciser les bourses ou contrats demandés ou obtenus ainsi que les montants.
  • Une lettre (1 page maximum, police Times, grandeur 12, marges de 2,5 cm) du-de la directeur-trice qui atteste de la qualité du mémoire ou de la thèse et de l’imminence de son dépôt initial ;
  • Une photocopie de tous les relevés de notes universitaires (il n’est pas nécessaire de fournir les relevés de notes officiels).
  • Un curriculum vitæ (3 pages maximum).

Le dossier de candidature doit être déposé en personne, par la poste ou par courriel à la coordination du CRILCQ (bizzoni.lise@uqam.ca et annie.tanguay.1@umontreal.ca).

Toutes les bourses du CRILCQ sont attribuées par un jury.

Récipiendaires des concours précédents

Hiver 2021-Été 2021 : Camille Néron (Université de Sherbrooke) pour sa thèse intitulée « Virginia Woolf et Anne Hébert : idéal et renouveau romanesque » (sous la direction de Nathalie Watteyne) ; René St-Pierre (Université du Québec à Montréal) pour son projet de mémoire sur les catalogues raisonnés numériques à travers les pratiques archivistiques et documentaires des quatre figures marquantes de la modernité québécoise que sont le sculpteur Armand Vaillancourt et les peintres Paul-Émile Borduas, Jean-Paul Riopelle et Marcel Barbeau (sous la direction de Dominic Hardy).

2020-2021 : Josée Desforges (Université du Québec à Montréal) pour son projet de thèse intitulée « Remaniement de l’art officiel canadien sous la gouvernance de Stephen Harper : le recours à la substitution d’œuvres d’art pour une reconstruction de l’identité canadienne ». Dirigée par Dominic Hardy (CRILCQ, Université du Québec à Montréal) ; John Harbour pour son mémoire intitulé « Regard sur l’œuvre de Raoul Barré (1874-1932) : l’influence de l’intermédialité et de la transfictionnalité sur ses techniques narratives ». Direction par Richard St-Gelais (CRILCQ, Université Laval) et Dominic Hardy (CRILCQ, Université du Québec à Montréal).

Hiver 2020-Été 2020 : Amélia Fiset (Université Laval) pour son projet de mémoire intitulé « Requiem et les femmes, étude du rôle des femmes et des idées féministes dans la première revue de science-fiction et de fantastique au Québec » (sous la direction de Mylène Bédard et de Richard St-Gelais) ; Julie-Anne Godin-Laverdière (UQAM et York University) pour son projet de thèse intitulée « Étude des discours sur les censures et les controverses soulevées par l’exposition du nu à Montréal et à Toronto, 1945-1967 » (sous la direction de Dominic Hardy et d’Anna Hudson) ; Alex Noël (Université de Montréal et Université Laval) pour son projet de thèse intitulé « Les dépossessions romanesques : la dépossession comme condition humaine dans le roman moderne au Québec (Hébert, Roy, Ducharme) » (sous la direction d’Élisabeth Nardout-Lafarge et de François Dumont).

Automne 2019-Hiver 2020 : Marie-Ève Fafard pour son projet de mémoire intitulé : « Un baroque social : la poétique d’Hervé Bouchard » (sous la direction de Michel Lacroix) ; Catherine Fortin pour son projet de mémoire en recherche création intitulé : « La chienne de Pavlov suivi de L’abjection comme un joyeux sabbat » (sous la direction de Lori Saint-Martin) ; Sylvain Lavoie pour son projet de thèse de doctorat intitulé  « Entre chien et loup : la (seconde) nature du théâtre au Québec » (sous la direction de Louis Patrick Leroux) et Rachel Nadon pour son projet de thèse de doctorat  sur les rapports entre l’imaginaire social et la vie économique entre 1945 et 1999 au Québec (sous la direction de Martine-Emmanuelle Lapointe).

Automne 2018-Hiver 2019 : Marie-Charlotte Franco (Muséologie, médiation, patrimoine) pour son projet de thèse intitulée « Collecter et exposer : les cultures visuelles au Musée canadien de l’histoire et au musée McCord depuis les années 1990 » (sous la direction de Dominic Hardy) ; Alexis Ross (Département d’études littéraires) pour son projet de mémoire intitulé « Polémique et politique dans deux revues québécoises contemporaines : la conspiration dépressioniste et égards (2003-2013) » (sous la direction de Michel Lacroix) ; Lucille Ryckebusch (Département d’études littéraires) pour son projet de mémoire intitulé « Sur le pas de la porte suivi de Demeurer inconsolé.e » (sous la direction de Lori Saint-Martin).

Printemps 2018-Été 2018 : Marie-Rose Savard-Morand (Département d’études littéraires) pour son projet de maîtrise intitulé : « Gesamtkunstwerk de Dead Obies : posture, esthétique et poétique ». (sous la direction de Chantal Savoie) ; Stéphanie Roussel (Département d’études littéraires) pour son projet de maîtrise intitulé : « Expériences poétiques des micros-libres de poésie : enjeux de lecture, enjeux de sociabilité » (sous la direction de Michel Lacroix) ; Andrée Boucher (Département d’études littéraires) pour son projet de maîtrise intitulé : « Cyclicité : relation mère-fille, subjectivité et deuil dans La femme de ma vie de Francine Noël et L’album multicolore de Louise Dupré » (sous la direction de Lori Saint-Martin).

Automne 2017- Hiver 2018 : Marie-Noëlle Huet (Département d’études littéraires) pour son projet de thèse intitulée « Maternité, identité et écriture : discours et écrits de mères dans la littérature française contemporaine » (sous la direction de Lori Saint-Martin) ; Julie-Anne Godin-Laverdière (Département d’histoire de l’art pour son projet de thèse intitulée « Censures et controverses : défier les conventions de la représentation artistique du corps nu à Montréal et à Toronto entre 1945 et 1967 » (sous la direction de Dominic Hardy) ; Virginie Fournier (Département d’études littéraires) pour son projet de mémoire intitulé « Étranges proses, tremblants désirs. Les enjeux de la mise en récit des désirs féminins dans Angéline de Montbrun de Laure Conan (1884) et Jane Eyre de Charlotte Brontë (1847) » (sous la direction de Chantal Savoie).

Hiver 2017 – Été 2017 : Geneviève Antonius Boileau (École supérieure de théâtre) pour son projet de maîtrise intitulé : « Tradition de la présence anthropologique et politiques de création autogérée : un laboratoire collectif et interartistique avec le Théâtre de l’Odyssée » (sous la direction de Yves Jubinville) ; Karine Pietrantonio (Département d’études littéraires) pour son projet de mémoire de maîtrise intitulé : « (Ré)inventer le réel : l’appropriation du fait divers dans la littérature contemporaine » (sous la direction de Robert Dion) ; Valérie Synotte (Département d’études littéraires) pour son projet de mémoire de maîtrise intitulé : « Les femmes de Barbe bleue, toutes des menteuses ? La parole féminine, le secret et le mensonge dans La petite pièce en haut de l’escalier de Carole Fréchette et Les sangs d’Audrée Wilhelmy » (sous la direction de Lori Saint-Martin).

Automne 2016-Hiver 2017 : Soline Asselin (Département d’études littéraires) pour son projet de mémoire intitulé « Les dynamiques du combat dans la série Min kamp du Norvégien Karl Ove Knausgard » (sous la direction de Robert Dion) ; Nicolas Roland (Département d’études littéraires) pour son projet de mémoire intitulé « La construction identitaire des personnages dans le texte dramatique Les morb(y)des de Sébastien David » (sous la direction de Lucie Robert) ; Rachel Boisclair (Département d’histoire de l’art) pour son projet de mémoire intitulé « Les impacts du contexte canadien de la Deuxième Guerre mondiale sur le fonctionnement et les orientations esthétiques de l’Art Association of Montreal (Musée des Beaux-arts de Montréal) » (sous la direction de Dominic Hardy).

2016 : Leandro de Oliveira Neris (Département d’études littéraires) pour son projet de doctorat intitulé : « Sémiotique et style : entre individuation et stylisation chez Jacques Ferron » (sous la direction de Dominique Garand) et Marie-Claude Garneau (École supérieure de théâtre) pour son projet de maîtrise intitulé : « Lieu(x) possible(s), poème dramatique, suivi d’une réflexion autopoïétique féministe » (sous la direction de Lori Saint-Martin et d’Angéla Konrad).

2015-2016 : Andréanne Charbonneau-Desfossés (Département d’histoire de l’art) pour son projet de maîtrise intitulé : « L’architecture des institutions de soins du XIXe siècle au Québec et le cas de l’asile d’aliénés de Saint-Jean-de-Dieu (1875-1890) de la Longue-Pointe des Soeurs de la Charité de Montréal (Soeurs de la Providence) » (sous la direction de Pierre-Édouard Latouche) et Kim Renaud-Venne (Département d’études littéraires) pour son projet de mémoire de maîtrise intitulé : « Les stratégies d’écriture dans la chick lit : le cas de Rafaële Germain » (sous la direction de Chantal Savoie).

2014-2015 : Jacinthe Blanchard-Pilon (Département d’Histoire de l’art) pour son projet de mémoire intitulé « Les chemins d’exil : représentation, circulation et influence des artistes non figuratifs du Québec dans les mondes de l’art entre 1955 et 1961 » (sous la direction de Dominic Hardy) ; Kristina Bergeron (Département d’Études littéraires) pour son projet de mémoire intitulé « Contes urbains et théâtre contemporains : pour une hybridité des genres chez Anne-Marie Olivier » (sous la direction de Lucie Robert) ; Véronique Gagnon (Département d’Histoire de l’art) pour son projet de mémoire intitulé « L’exposition collective comme outil d’une catégorisation : l’art autochtone contemporain au Québec entre 2008 et 2013 » (sous la direction de Dominic Hardy).

2013-2014 : Julie Bélisle (Département d’Histoire de l’art) pour son projet de thèse intitulé « L’emploi de la culture matérielle dans l’art contemporain : de la récupération au cannibalisme » (sous la direction de Laurier Lacroix) ; Nelly Duvicq (Département d’Études littéraires) pour son projet de thèse intitulé : « Les écrits du Nunavik depuis 1959 : problématiques et conditions d’émergence d’une littérature inuit » (sous la direction de Daniel Chartier) ; Sandrine Martel-Laferrière (Département de Danse) pour son projet de mémoire intitulé : « L’interprétation d’une gigue québécoise créée à partir de L’homme rapaillé de Gaston Miron » (sous la direction de Marie Beaulieu, en codirection avec Myriam Saad) ; Nancy Perron (Département d’Histoire de l’art) pour son projet de mémoire « Les expériences à la noirceur de Guido Molinari (1953-1954) : inscription d’une pratique au sein du discours sur le dessin et les états modifiés de consciences » (sous la direction de Dominic Hardy).