Museum numericum 16-19 - Les infrastructures culturelles de la Nouvelle-France et du Québec ancien

Museum numericum 16-19 - Les infrastructures culturelles de la Nouvelle-France et du Québec ancien

La programmation de recherche de l’équipe Museum numericum 16-19 se donne comme objet une part de notre héritage culturel aussi essentielle pour la connaissance de notre histoire intellectuelle que méconnue du grand public et des chercheurs : les infrastructures culturelles de la Nouvelle-France et du Québec ancien. Cette programmation s’inscrit dans le prolongement de deux grands chantiers : le projet d’inventaire des imprimés anciens conservés dans les bibliothèques québécoises (projet IMAQ, 2004-2020) ; et le projet animé par l’équipe FRQSC Bibliotheca numerica 16-19 (2017-2020). Le premier a permis de créer un inventaire des imprimés européens des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles, riche de plus de 5000 notices disponibles en ligne. Le second portait sur les bibliothèques patrimoniales disparues de la Nouvelle-France et du Québec ancien et a donné lieu au développement d’une infrastructure de base de données en ligne unique au Canada. Or, l’expertise acquise à la faveur de ces projets invite désormais notre équipe à élargir ses perspectives de deux manières : 1) en prenant pour objet non seulement des collections de livres, mais aussi d’oeuvres d’art ; 2) en tirant parti des potentialités nouvelles qu’offre le développement des humanités numériques, avec notamment la création de d’expositions virtuelles. Comme l’a déjà fait observer Roger Chartier, ce développement a favorisé l’essor de nouvelles formes d’exploration du patrimoine qui touchent à l’idée même de collection, que celle-ci réunisse des livres ou des oeuvres d’art. C’est donc à partir de ce constat que l’équipe Museum numericum 16-19 se donne comme mission de structurer, autour du concept de collection patrimoniale virtuelle, plusieurs projets portant sur des bibliothèques patrimoniales québécoises disparues et des collections de maîtres anciens dispersées.

Cette initiative s’inscrit dans le contexte plus large que décrivait F. Clément dans Musées et patrimoines numériques, qui insistait sur l’importance de valoriser les projets s’intéressant « à la virtualité des collections ». Dans le cas de notre programmation scientifique, il s’agit donc de développer un espace d’accueil interactif et collaboratif permettant de recréer une série de collections patrimoniales perdues ou disséminées. L’ensemble de cette programmation s’organise ainsi autour de trois grands axes : 1) les bibliothèques disparues, qu’il s’agisse de celles d’écrivains (Aubert de Gaspé) ou d’institutions (l’ancien collège jésuite de Québec) ; 2) les collections d’oeuvres d’art réunies par des institutions (Séminaire de Québec) ou un artiste (Joseph Légaré) ; 3) l’optimisation de l’infrastructure de base de données en ligne. Dans les deux premiers cas, ces collections représentent soit une voie d’accès privilégiée à l’atelier de l’écrivain ou du peintre, soit un fonds susceptible de favoriser une meilleure compréhension de l’histoire de l’éducation et de l’invention d’une culture savante au Québec. Le troisième axe concerne l’optimisation de notre infrastructure et vise deux objectifs : 1) offrir un outil d’investigation et d’animation culturelle aux équipes travaillant à la recréation virtuelle des collections patrimoniales ; 2) faire en sorte que l’expertise acquise à cette occasion puisse également servir à des projets portant sur le patrimoine lettré du Québec moderne (bibliothèque d’Anne Hébert).

Chercheur principal

  • Marc André Bernier

Cochercheurs

  • Claude La Charité
  • Dario Perinetti
  • Peggy Davis
  • Nicholas Dion
  • Nathalie Watteyne
  • Francis Gingras

Collaborateurs

  • Eva Struhal
  • Isabelle Pichet

Financement

  • Soutien aux équipes de recherche (FRQSC)
    2022-05 - 2026-04