Éditer Jeanne Lapointe

Éditer Jeanne Lapointe

De nombreuses chercheuses arpentent, depuis quelques années, les coulisses de l’histoire, fouillant les fonds d’archives et les périodiques, à la recherche d’intellectuelles, d’artistes ou d’écrivaines qui ont marqué par leur œuvre ou leur pensée l’histoire des idées, un courant littéraire et artistique ou la réflexion critique sur les arts. Or, pour pérenniser et offrir un rayonnement large à ces femmes extirpées du silence de l’histoire, le discours critique ne suffit pas. La preuve est que le brillant mémoire de Claudia Raby, déposé en 2007 à l’Université Laval, et les nombreux travaux de Chantal Théry n’ont pas permis de réhabiliter à sa juste valeur la mémoire de Jeanne Lapointe. C’est pourquoi nous sommes convaincues que pour préserver ces œuvres féminines de l’oubli et éviter qu’elles deviennent la chasse gardée d’un cercle restreint de spécialistes, il faut impérativement les donner à lire. C’est dans cette perspective que s’inscrit le projet « Éditer Jeanne Lapointe ». Pionnière dans de nombreux domaines des sciences humaines et sociales, Jeanne Lapointe (1915-2006) est ce qu’on peut qualifier de femme au parcours non traditionnel. Elle est en effet la première laïque à obtenir une licence ès lettres et une maîtrise ès arts de l’Université Laval (1938), la première femme récipiendaire de la médaille d’or du français décernée par le Consulat de France à Québec (1938), la première professeure au Département des littératures de l’Université Laval (1940) et la première universitaire à signer des critiques littéraires dans la revue d’idées Cité libre (1954). À titre de professeure de littérature à la Faculté des lettres, elle a contribué à l’enseignement d’œuvres et d’approches nouvelles, qu’il s’agisse du Nouveau roman ou de l’analyse psychanalytique et féministe des textes littéraires. L’une des raisons de l’oubli dans lequel est tombée Lapointe réside, selon nous, dans le fait que ses textes sont disséminés dans de nombreux périodiques ou collectifs et n’ont pas été réunis en monographie. Or, une lecture attentive de ces textes confirme hors de tout doute l’actualité et la pertinence de son propos pour les lecteurs.rices contemporain.e.s, propos dont l’apport scientifique à la discipline littéraire est indéniable. Ce projet entend donc réunir les textes phares de cette intellectuelle majeure de l’histoire du Québec dans le but d’en proposer une édition. Les principes de sélection tiendront compte des divers champs de recherche de Lapointe (littérature québécoise, critique littéraire, littérature des femmes, féminisme, psychanalyse, etc.) afin de montrer la richesse de sa contribution à la modernisation et à l’émancipation de la société québécoise. Ainsi, certains textes incontournables et plus connus, pensons, entre autres, à « Quelques apports positifs de notre littérature d’imagination » (1954) et « Pour une morale de l’intelligence » (1955), côtoieront des pièces inédites, dont « La femme comme non-sujet dans les sciences dites humaines » (1980). Cette édition permettra non seulement de suivre l’évolution de la pensée de Lapointe, mais aussi, en filigrane, l’évolution de la discipline littéraire à travers le temps. Trois principaux objectifs guident notre programme de recherche. Le premier est de rassembler et pérenniser les textes phares de cette grande intellectuelle afin d’éviter que sa mémoire ne s’étiole dans le silence. Par cette entreprise, nous entendons redonner à l’œuvre de Jeanne Lapointe la place qu’elle mérite dans l’histoire littéraire, dans l’histoire du féminisme québécois et dans l’histoire de notre institution. Le deuxième objectif, sous-jacent au premier, concerne des enjeux liés à la diffusion. Pour atteindre un large public, l’édition des textes de Lapointe ne sera pas accompagnée d’un lourd appareil de notes critiques et ne sera pas publiée chez un éditeur universitaire. C’est pourquoi trois éditeurs sont dans notre mire pour la réalisation de ce projet : les éditions du remue-ménage, Boréal et le Quartanier. Enfin, le troisième objectif est prospectif : celui que ce projet d’édition agisse comme un fer de lance, qu’il puisse susciter d’autres initiatives, d’autres études sur Jeanne Lapointe.

Financement

  • Programme de soutien à la Faculté des lettres et des sciences humaines pour le démarrage de nouveaux projets – Hiver 2018 (Université Laval) - de 2018-01 à 2018-03