Actualités

Journée d'étude
CRILCQ

Le réel en récits et en actes V

« Le réel en récits et en actes » est un colloque au long cours initié en 2015. Point de rencontre entre chercheurs et créateurs, l’événement organisé par Claire Legendre (CRILCQ, Université de Montréal) et Jean-François Vaillancourt (CRILCQ, Université de Montréal) interroge l’inscription du réel en arts et en littérature, sur la scène, au cinéma.

Que visent les créateurs qui se réclament du « réel »? Punctum déterminant le regard, la convention scénique ou le pacte de lecture, la nature de l’œuvre et sa dimension extra-esthétique, le réel est aussi ce qui échappe à la conceptualisation, à la représentation. Au-delà de ce que Barthes a nommé « effet de réel », nous voulons interroger l’événement, l’ancrage, l’indubitable, comme matériau artistique à part entière. Pour cette cinquième édition, nous mettrons de l’avant la poésie, le roman, la photographie et le cinéma documentaire.

Événement Zoom.

Date : 13 avril 2021

Pour y assister, cliquez ici.

Programme

09 h 30 Premiere séance présidée par Francis Gingras (Université de Montréal)

Bernabé Wesley (professeur à l’Université de Montréal)

« Le « ronron » du réel dans La condition pavillonnaire de Sophie Divry »

Éric Mathieu (écrivain, professeur à l’Université d’Ottawa)

« Entre le réel et l’imaginaire : utilisation des faits divers et des songes comme stratégie de création littéraire »

11 h Deuxième séance présidée par Judith Sribnai (Université de Montréal)

Karianne Trudeau Beaunoyer (écrivaine, doctorante à l’Université de Montréal)

« Désormais, les coeurs pouvaient s’arrêter »

Hélène Gestern (écrivaine, France)

« Pactiser avec le réel »

12 h Dîner

13 h 30 Troisième séance présidée par Claire Legendre (CRILCQ, Université de Montréal)

Jean-François Vaillancourt (écrivain, doctorant à l’Université de Montréal)

« La moyenne histoire »

Pedro Pires (réalisateur, Montréal)

« Recycler le réel »

15 h Quatrième séance présidée par Jean-Marc Larrue (CRILCQ, Université de Montréal)

Roseline Lambert (écrivaine, doctorante à l’Université Concordia)

« Mon histoire trouble avec Peer Gynt de Ibsen »

Christian Barré (plasticien, Montréal)

« »Somewhere over the rainbow », du souci de l’autre à l’image de soi »