Actualités

Table ronde
Université de Montréal
Université Laval

Table ronde « Langue, mémoire, archives »

Jeudi 26 février 2003 à 13h30
Pavillon J.-A.-DeSève, local 0134, Université Laval 

Participants :

Marie-Andrée Beaudet
Professeure au Département des littératures de l’Université Laval et directrice du Centre de recherche interuniversitaire sur la littérature et la culture québécoises (CRILCQ)
Karim Larose
Stagiaire postdoctoral au CRILCQ, Département des littératures de l’Université Laval
Éric Méchoulan
Professeur et directeur du Département d’études françaises de l’Université de Montréal
Lionel Meney
Professeur au Département de langue, linguistique et traduction de l’Université Laval
Claude Verrault
Professeur au Département de langue, linguistique et traduction de l’Université Laval
Cette rencontre se veut l’occasion de présenter, dans un cadre informel, un travail d’édition qui réunira en anthologie une sélection d’articles journalistiques sur la langue française publiés au vingtième siècle par des intellectuels québécois. En inaugurant le projet par une table ronde, nous avons souhaité réfléchir en commun aux présupposés ainsi qu’aux assises théoriques et méthodologiques qui sous-tendent un tel travail, et soulever un certain nombre de questions plus générales afin de les soumettre au débat. Ces questions sont liées à la fois à l’objet de notre recherche (la réflexion sur la langue au Québec) et au support de publication que nous avons choisi d’exploiter (l’archive journalistique).
Quels sont les enjeux actuels de la recherche en archives? N’assiste-t-on pas en Occident à un phénomène d’hypermnésie depuis la seconde moitié du vingtième siècle? Dans cette perspective, qu’est-ce qu’une archive digne de mémoire? Comment arriver à rendre compte, dans une anthologie de référence, du caractère événementiel et fugace propre à la presse périodique? Quel genre de récit historique peut-on construire en se basant sur une telle source?
Quelles sont à votre avis les grandes orientations (discutables ou non) de l’histoire de la langue et de la linguistique au Québec telles qu’elles ont été formalisées depuis quelques décennies? Quel type d’histoire voudrait-on de nos jours arriver à produire? Quelles seraient, en ce sens, les zones d’ombre, les apories et les malentendus à éclairer, à exhumer ou à réinterpréter dans une histoire de la langue au Québec?
En plus des questions méthodologiques liées au travail en archives, nous voulons également nous interroger sur les destinataires de ce type d’anthologie et sur la place accordée au Québec aux ouvrages de référence. Serait-il juste de penser qu’il existe en fait relativement peu de relais entre le monde de la connaissance universitaire et l’espace public? Si oui, comment l’expliquer sur le plan institutionnel?
Après une brève présentation du projet d’anthologie, la table ronde sera animée par Karine Cellard et sera suivie d’une discussion à laquelle le public est cordialement invité à participer.
Entrée libre
Pour plus d’information, contacter Karim Larose.