Actualités

Conférence
Université de Montréal

Conférence de Mariève Maréchale, « Les pratiques montréalaises du tiers espace dans la création contemporaine »

Dans le cadre du cours FRA2615 « Questions de littérature québécoise », Marie-Hélène Constant reçoit Mariève Maréchale, qui présentera une conférence intitulée « Les pratiques montréalaises du tiers espace dans la création contemporaine ». La conférence aura lieu le jeudi 29 septembre 2016 à 15 h, au local C-4285 du Pavillon Lionel-Groulx (Université de Montréal).

résumé

Le recueil de fragment érotiques lesbien Le carnet écarlate d’Anne Archet, la pièce Intranquilité V : alors que nous maintenions près de nos bouches diamentées du compositeur de musique contemporaine et artiste sonore Symon Henry et les installations poétiques du DARE-DARE, trois créations fort différentes et émanant de milieux tout aussi divers ont pourtant en commun d’être toutes bâties sur le croisement des codes d’univers radicalement différents. Ils s’inscrivent dans ce que nous nommons une pratique du tiers espace. Le tiers espace a été approché par plusieurs disciplines académiques (entre autres les études postcoloniales, féministes, queer of color et la géographie) et dénote une interface ou encore un lieu entre deux ou plusieurs mondes différents. Ils assemblent des opposés, amalgament des contraires et leur permettent ainsi de s’exprimer selon d’autres liens que la tension. Le géographe Edward Soja mentionne que dans le tiers espace « everything comes together… subjectivity and objectivity, the abstract and the concrete, the real and the imagined (1996, 57). C’est l’imagination d’une rencontre là où techniquement, il serait impossible d’y en avoir une. Le tiers espace constitue en ce sens une pratique inédite du réel. Il peut prendre la forme d’un moment, d’une perspective, d’un lieu, voire d’un corps. Leur pratique fait partie d’un phénomène qui dépasse certes la création artistique : ce sont les installations du mouvement Occupy dans les lieux publics, l’espace périurbain en France (Martin Vanier) et le réalisme-magique dans la littérature (Maréchale), mais je propose dans le cadre de cette conférence une analyse à plus petite échelle. J’observerai comment elle se déploie chez les artistes contemporains de Montréal et réfléchirai à ce que signifie sa présence sur la scène de la métropole.

Notice

Mariève Maréchale rédige sa thèse de doctorat en lettre françaises à l’Université d’Ottawa sous la direction de Lucie Joubert. Son projet d’étude, pour lequel elle est récipiendaire d’une bourse doctorale du CRSH, porte sur les pratiques du tiers espace dans les écritures lesbiennes francophones. Elle a fait auparavant ses études à l’Université du Québec à Montréal où elle s’est penchée sur l’œuvre de l’écrivaine algérienne Maïssa Bey. Elle s’intéresse aux écritures des femmes francophones et aux théories du tiers espace. Ses recherches ont été publiées dans les revues Féminétudes, Labrys, Posture, Quebec Studies ainsi que chez Nota bene. Elle poursuit parallèlement à ses études une carrière d’écrivaine.

Événement associé icone ouvrir lien

Icône de calendrier
jeudi 29 septembre 2016, 15:00
Icône de lieu
Local C-4285, Pavillon Lionel-Groulx