Activités

Colloque « Passé, présent et avenir de l'écocritique québécoise et franco-canadienne »

8-9 octobre 2015, Maison Thomson de l'Université McGill Date limite de l'appel à contribution : 17 août 2015
Comité organisateur : Marjolaine Deneault (Université du Québec à Montréal), Mariève Isabel (Université McGill) et Gabriel Vignola (Université du Québec à Montréal).


Dès le milieu des années 1970, la littérature n’échappe pas à la prolifération des discours motivés par l’urgence d’une réflexion environnementale à l’échelle globale. Des textes comme The Comedy of Survival: Literary Ecology and a Play Ethic (1974) de Joseph Meeker ou encore « Literature and Ecology » (1978) de William Rueckert sont parmi les premiers à articuler théorie littéraire et perspective écologique. Toutefois, ce n’est qu’au début des années 1990, notamment avec la naissance de l’ASLE (Association for the Study in Literature and Environment) aux États-Unis, que l’écocritique commence réellement à se constituer en champ d’études. Avec cette nouvelle possibilité de rencontre pour les chercheur/es s’intéressant aux relations entre littérature et environnement et la naissance de plusieurs associations nationales à travers le monde, incluant l’Association pour la littérature, l’environnement et la culture au Canada (ALECC), de nombreux ouvrages collectifs portant sur l’écocritique voient le jour, tel The Ecocriticism Reader (1996).

Dès lors, l’écocritique emprunte différentes trajectoires afin de repenser le lien qui unit l’être humain à son environnement et de proposer des réflexions critiques allant au-delà de la constatation de la crise qui en découle. En privilégiant l’approche interdisciplinaire, elle s’articule sous une pluralité de méthodes où sont convoquées maintes disciplines, telles l’écologie, la géographie, l’histoire et la biologie, avec l’intention de réaffirmer le pouvoir agissant de la littérature dans le processus social de conscientisation.   C’est dans cette veine que s’inscrit le présent colloque, d’abord motivé par la simple volonté de mieux comprendre le mouvement écocritique tel qu’il se développe et se pratique dans les milieux francophones du Canada. Quels textes de fiction ou critiques, dès les années 1970 et même avant, ont exploré les enjeux environnementaux en tentant de les cerner ? À quelles questions et à quels corpus (canadien, québécois, américain, français, africain, etc.) les écocritiques francophones s’intéressent-ils au Québec et au Canada ? Ces pratiques sont-elles en voie d’être institutionnalisées ou, au contraire, sont-elles isolées? Finalement, comment peut-on envisager l’avenir de l’écocritique québécoise et canadienne de langue française ? En d’autres mots, quel est le statut de l’écocritique dans le monde francophone nord-américain ? Par la tenue de ce premier colloque sur l’écocritique québécoise et franco-canadienne, nous souhaitons créer un espace de discussion où les problématiques entre littérature et environnement pourront se penser et se partager en français. Nous en appelons également à la création d’une communauté de chercheur/es francophones interpellé/es par ces questions. Ce colloque sera l’occasion de se réunir, d’échanger et de partager nos travaux en cours afin de stimuler la réflexion sur le passé, le présent et le futur de l’écocritique francophone au Canada. Sujets potentiels
Les contributions pourront porter sur ou s’inscrire dans, sans toutefois s’y limiter, les sujets suivants :
  • Théories écocritiques (questions de référentialité, de médiation du réel, interdisciplinarité, etc.)
  • Études culturelles sur l’environnement
  • Écoféminisme
  • Écopoétique
  • Représentations de la nature, du paysage, de la ville, d’un lieu ou d’un espace particulier (le Nord, la montagne, la forêt, etc.) dans une perspective écocritique
  • Représentations animales
  • Environnement comme idéologie ou combat politique (performativité de la littérature, altermondialisme et/ou luttes anticapitalistes, etc.)
  • Pétro-culture
  • Imaginaire de la fin, récits apocalyptiques, dystopies
  • Récits d’anticipation
  • Justice environnementale
  • Postcolonialisme
  • Littératures autochtones
  • Questions de genres (nature writing, récits de voyages, questions environnementales dans le roman, etc.)
  • Anthropocène et/ou changements climatiques
  • Études du vivant, de la génétique
  • Littérature et sciences environnementales
  • L’habiter écologique
Modalités Nous vous invitons à nous faire parvenir une proposition de communication en français, d’un maximum de 300 mots, accompagnée du titre de votre communication et d’une courte notice biobibliographique incluant votre nom, votre université d’attache, ainsi que le sujet de vos recherches. Ces propositions doivent être envoyées au plus tard le 17 août 2015 à l’adresse suivante : colloque.ecocritique@gmail.com. Veuillez noter qu’il est possible que les actes de colloque fassent l’objet d’une publication. Déroulement (détails à venir) Le jeudi 8 octobre, des sorties extérieures en lien avec le thème du colloque vous seront proposées. À noter qu’une contribution financière pourrait être demandée pour certaines activités, notamment pour couvrir les frais de transport. Les conférences se tiendront le vendredi 9 octobre à la Maison Thomson de l’Université McGill, de 9h à 17h. Elles seront suivies d’un cocktail de clôture.

Colloque

Icône de calendrier
lundi 17 août 2015
Icône de lieu
Montréal